Articles Tagués ‘prison’

Constitution d’un collectif de soutien à Georges Ibrahim Abdallah
Vendredi 22 mai à 18 heures au local de l’A.M.E.B. – Solidaires Etudiant-e-s

Georges Ibrahim Abdallah est un militant communiste libanais, emprisonné depuis trente ans en France. Une durée qui fait de lui le plus ancien prisonnier politique en Europe et le quatrième dans le monde, battant le triste record de Nelson Mandela. Opposé à l’invasion israélienne du Liban en 1978, il a combattu ensuite l’occupation de la Palestine auprès du Front Populaire de Libération de la Palestine (F.P.L.P.) puis comme membre des Forces Armées Révolutionnaires Libanaises (F.A.R.L.).

Arrêté à Lyon en 1984, il est condamné à la réclusion à perpétuité pour des actions revendiquées par les F.A.R.L., considéré comme l’un de ses cerveaux. Bien que libérable depuis 1999 suite à une décision de justice, il demeure sous les verrous par la pression des États-Unis et d’Israël. Le 10 janvier 2013 cette position est confirmée à condition que lui soit délivré un arrêté d’expulsion du territoire. Depuis, le Ministre de l’Intérieur refuse de signer cet arrêté, ce qui bloque toute possibilité.

Il faut voir dans cet acte une vengeance des puissances hégémoniques envers un militant qui n’a jamais renié son engagement. Pourtant aujourd’hui, même Yves Bonnet, l’ex-patron des renseignements généraux, affirme que « cette injustice a assez duré » et que « plus rien ne justifie son incarcération ». Ainsi le combat pour sa libération trouve des sources à la fois pour le droit des peuples opprimés, dans la lutte contre l’impérialisme, et sur les droits des prisonniers politiques.

Divers collectifs de soutien à Georges Ibrahim Abdallah existent et des actions de solidarité sont menées régulièrement en France et à l’étranger. Plusieurs municipalités ont également fait de Georges Ibrahim Abdallah leur citoyen d’honneur (Calonne-Ricouart, Grenay, Bagnolet…).

Nous proposons à toutes les forces progressistes, individu-e-s et structures (politiques, syndicales, associatives), de constituer localement un collectif de soutien à Georges Ibrahim Abdallah et à son combat contre l’impérialisme.

Une réunion de constitution du collectif aura lieu vendredi 22 mai à 18 heures au local de l’AMEB-Solidaires Etudiant-e-s. Celui-ci se trouve dans les locaux de la fac de lettres à l’Arsenal (ancienne fac de médecine en face de l’hôpital St-Jacques), bâtiment N, au rez-de-chaussée.

ob_31a56ae1d42a057b3663cb0dbd7692fa_affiche-gia-261013

Publicités

Pétition en ligne à signer massivement pour demander la libération de notre camarade Gaëtan et des autres condamnés : https://www.change.org/p/non-a-la-prison-pour-gaetan-et-tous-les-autres-condamn%C3%A9s-pas-de-prison-pour-ga%C3%ABtan-et-les-autres-condamn%C3%A9s-pour-avoir-manifest%C3%A9

La page de soutien Facebook : https://www.facebook.com/pas.de.prison.pour.gaetan

AfficheA2-version2-couleur

Communiqué de Solidaires Etudiant-e-s Toulouse du 2 avril :

Peine de prison ferme pour participation à une manifestation

Mercredi 1er avril a été rendu le verdict du jugement en appel de notre camarade Gaëtan, militant Solidaires Étudiant-e-s à Toulouse. Arrêté en novembre dernier dans un contexte de forte répression suite à l’assassinat de Rémi Fraisse pour avoir participé à une « manifestation interdite », Gaëtan avait été condamné à deux mois de prison avec sursis et une amende de 1 100 euros en  décembre. Suite à la procédure d’appel, Gaëtan se voit infliger une peine encore plus scandaleuse, qui s’explique notamment par le maintien d’un chef d’accusation de violences volontaires contre un agent de police. Gaëtan se voit ainsi condamné à deux mois de prison fermes, plus quatre mois de sursis et l’amende de 1 100 euros pour une affaire montée de toute pièce. D’autres manifestants ont eu, eux aussi, la confirmation des peines de prison ferme qui avaient été prononcées en décembre.

Solidaires Étudiant-e-s Toulouse condamne fermement cette parodie de justice qui entend criminaliser quiconque exprime ou manifeste son désaccord face aux attaques que l’on subit. Nous refusons de jouer le jeu de ce gouvernement répressif qui voudrait mettre fin à tout mouvement social. Ce même gouvernement qui se vantait il y a encore quelques semaines de défendre la liberté d’expression, mais qui n’hésite pas à fouler aux pieds nos libertés fondamentales à la moindre occasion. Nous appelons l’ensemble des organisations syndicales, politiques et associatives à faire de même et à s’unir pour défendre nos droits démocratiques !

Solidaires étudiant-e-s Toulouse: solidaires.etu.31@gmail.com

fédération Solidaires étudiant-e-s, syndicats de luttes / Porte-parolat : 06.86.80.24.45 / http://www.solidaires-etudiant-e-s.org / contact@solidaires-etudiant-e-s.org

banderole-ca711