Articles Tagués ‘guerre’

Contre la guerre et le militarisme !

                   Depuis des décennies, le 11 novembre est l’occasion de rendre hommage aux soldats Français morts pendant la Première Guerre mondiale et, plus largement, de faire l’éloge des soldats français tués lors de toutes les guerres de la République. Mais sous le voile d’une cérémonie d’hommage se cache un rituel nationaliste et guerrier qui fait la part belle à la victoire de la France, qui sacralise et héroïse ces hommes « morts pour leur patrie ». Pourtant, comme le dît Anatole France, « on croit mourir pour la patrie, on meurt pour des industriels. »

Les 9 millions d’hommes qui sont morts en 14-18 n’ont été que l’outil idiot d’un système, d’un monde qui se fait la guerre pour la domination économique ou impérialiste.

 Aujourd’hui encore, malgré ses discours droit-de-l’hommistes et moralisateurs, l’État français participe à des conflits armés sur 13 fronts partout dans le monde. Mais rassurons-nous, il ne le fait certainement pas pour des motifs économiques (uranium au Mali, pétrole Saoudien…) ni dans une perspective néocolonialiste (Mali, Liban,…) Non, il le fait pour « apporter la paix » !

 La France est aussi le deuxième exportateur d’armes en 2015. Ce sont, par exemple, des armes françaises qui permettent à l’Arabie Saoudite de bombarder les populations du Yéménites dans un conflit qui a tué plus de 10 000 personnes et fait près de 3 millions de déplacé.e.s depuis mars 2015.

 Alors oui, rendons hommages aux mort.e.s et à toutes les victimes de la guerre et du système qui la produit, quel que soit leur camp et leur nationalité : civil.e.s et soldats blessé.e.s, mutilé.e.s ou tué.e.s, endeuillé.e.s, et bien sûr celles et ceux qui se sont insurgé.e.s contre la barbarie guerrière et qui firent pour cela les frais de la répression d’État, comme les mutins de 1917 et les « fusillés pour l’exemple ».
Défendons leur mémoire, pas celle de l’armée !

Les guerres du capitalisme ne sont pas les nôtres, que ceux et celles qui en profitent aillent s’entre-tuer s’iels le souhaitent, nous n’avons pas à mourir pour eux et elles : « si vous voulez faire la guerre, payez-la  de votre peau ! »

 Refusons leur cérémonie guerrière !

Rassemblons-nous au nom de la paix et de la solidarité entre les peuples !

Contre les dirigeant.e.s qui entendent mener des guerres en notre nom !

Contre le commerce mortifère des armes sur lequel s’enrichissent nos États et les grands groupes industriels !

Le vendredi 11/11 à 11h, au 11 rue Battant !
devant la plaque commémorative en hommage à Lucien Bersot et Élie Cottet-Dumoulin, bisontins victimes de la guerre et de la répression

affiche-einstein-toto

Communiqué de la commission internationale de Solidaires Etudiant.e.s, 17 janvier 2016 :

Pour construire la Paix , construisons l’internationale des étudiant-e-s et des peuples

1526LOGO

L’année 2015 a été marquée par de sombres événements qui ont endeuillé de nombreux peuples à travers le monde : à Garissa, Suruç, Ankara, Beyrouth, Paris ou Bamako, les terroristes fanatiques ont tué.

En France, moins de 48 heures après les attentats à Paris, le gouvernement reprenait ses frappes en Syrie. Depuis 2012, l’État mène une guerre par an. La France a donc une part de responsabilité considérable, aux côtés des États-Unis et d’autres puissances économiques telles que la Russie, la Turquie, l’Arabie Saoudite, le Qatar, quant à la situation au Moyen-Orient et au développement d’organisations telles que Daesh.

Daech s’est notamment créé sur les décombres de l’État de Sadam Hussein (Irak) et à l’issue de l’intervention militaire américaine de 2003. Nous ne pouvons que condamner les guerres impérialistes menées depuis plus de 15 ans par les gouvernements européens et nord-américains pour maintenir leur domination dans la région : celles-ci n’ont jamais endigué la montée de l’islamisme radical (qui – doit-on le rappeler ? – n’a rien à voir avec l’Islam), au contraire, elles l’ont renforcé en semant la misère des populations. Les guerres impérialistes et la misère profonde qu’elles engendrent sont l’une des causes de la formation et du développement des organisations islamistes fascistes comme Daesh. Les interventions militaires récurrentes n’ont pas pour principal objectif de servir les populations et « lutter contre le terrorisme » mais plutôt de défendre les intérêts géostratégiques et économiques de ces puissances impérialistes (accaparement et commerce des ressources naturelles, développement de nouveaux marchés économiques, promotion de systèmes politiques et économiques, création et maintien de bases militaires, exploitation de la main-d’œuvre à moindre coût, etc.).

Depuis plusieurs années maintenant, Solidaires étudiant-e-s travaille à la reconstruction de liens entre groupes et syndicats étudiants à travers le monde, notamment à travers la création d’un réseau international de syndicats étudiants. C’est dans cette même idée que nous soutenons depuis plus d’un an la construction d’académies et d’universités dans la région du nord-ouest de la Syrie, appelée Rojava. Nous restons convaincu que seules l’indépendance des peuples et la paix permettront au Moyen-Orient de sortir du chaos, et par extension, à l’Europe de vivre en paix. Cette indépendance ne peut passer que par un soutien aux groupes qui combattent Daesh, et qui, en même temps, construisent la paix. Ce sont ces mêmes groupes qui souvent dénoncent les dictatures (comme celle de Bachar Al Assad en Syrie) et les autoritarismes (comme celui de Recep Erdogan en Turquie). C’est pourquoi il est plus nécessaire que jamais de prendre contact et échanger avec les groupes qui en Syrie, en Irak, en Turquie ou encore au Liban, en Jordanie ou en Palestine luttent pour leur émancipation et la paix.

Ces rencontres et ces liens doivent s’effectuer sans simplification de la situation sur place et c’est à chacun-e de faire l’effort d’avoir une connaissance fine et complexe et par ce biais d’œuvrer à décoloniser nos esprits. C’est pourquoi en cette nouvelle année les syndicats Solidaires étudiant-e-s continueront à organiser des rencontres qui permettent la réflexion sur la situation et la connaissance de cette région du monde où malgré la guerre, naissent des utopies.

Soutien aux combattant-e-s de la liberté en Syrie et en Irak.

Soutien au Rojava et au peuple kurde.

Soutien aux militant-e-s de la paix en Turquie.