Archives de la catégorie ‘Éducation et Recherche’

Laïda doit poursuivre ses études de master !

Laïda, étudiante en Master MEEF d’Allemand depuis la rentrée 2014 à l’ESPE de Franche-Comté, s’est vue notifier une Obligation de quitter le territoire français (« OQTF ») le 7 mars pour le 7 avril 2015.

Nous, signataires, protestons contre cette mesure en fondant notre engagement solidaire sur les arguments suivants :

— Forte de dix années d’enseignement de l’allemand en Algérie en tant que titulaire, Laïda a été admise en juillet 2014 à suivre le cursus Master MEEF, parcours Allemand, conformément à la procédure administrative et pédagogique en vigueur à l’Université de Franche-Comté.

Etudiante sérieuse et assidue, Laïda a passé toutes les épreuves du premier semestre et elle visait naturellement la validation des quatre semestres constituant les deux années du cursus.

Dans l’immédiat, Laïda comptait se présenter aux épreuves écrites du concours national du CAFEP qui ont lieu les 23 et 24 avril prochains. La mesure administrative en cours (OQTF) l’en empêcherait de facto.

— Quant à sa situation familiale, Laïda a déposé récemment deux demandes de regroupement familial (2012 et 2014) qui lui ont été refusées alors que son mari est résident et salarié depuis 2003 en Franche-Comté. A cela s’ajoute le fait qu’ils sont parents depuis le 30 août 2014 d’un petit Ali, qui n’a pu bénéficier de la nationalité française.

La situation nous semble d’autant plus révoltante si l’on considère que Laïda a été récemment empêchée d’exercer son métier d’enseignante dans des établissements scolaires de Franche-Comté au motif …qu’il lui manque le titre de séjour : le cercle ne saurait être plus vicieux !

Renvoyer Laïda en Algérie avec son enfant, séparer le mari de son épouse et de son fils sous prétexte que Laïda n’est pas venue en France dans la procédure d’un regroupement familial est une atteinte intolérable à l’unité de la famille.

Laïda doit avoir un titre de séjour Vie Privée et Familiale pour qu’elle puisse travailler (elle a les attestations en poche), contribuer, avec son mari, aux moyens de subsistance pour avoir une vraie et digne vie de famille, et continuer ses études.

SIGNEZ ET FAITE SIGNER CETTE PETITION POUR LA REGULARISATION DE LAÏDA : http://www.educationsansfrontieres.org/spip.php?article52334

rusf affiche

Publicités

Combattons le salariat étudiant

SOLIDAIRES ETUDIANT-E-S PART EN CAMPAGNE …

CONTRE LE SALARIAT ETUDIANT ET POUR L’AUGMENTATION DES BOURSES !

bandeau-campagne

Cliquez sur l’image pour accéder à la page nationale de la campagne.

Solidaire Etudiant-e-s revendique :

  • La possibilité pour les étudiant-e-s salarié-e-s d’aménager leurs emplois du temps dès la signature d’un contrat de travail, pour ne pas être contraint de manquer des cours.
  • L’abrogation de l’assiduité obligatoire au cours. Les étudiant-e-s n’ont pas à être infantilisé-e-s.
  • La multiplication du nombre de TDs, en effectif réduit. Etudier dans de bonnes conditions est primordial pour réussir ses études.
  • L’augmentation immédiate des bourses en nombre et en montant, pour freiner le salariat subit. Elles doivent être attribuées sans discriminations (étudiant-e-s étranger-ères et plus de 26 ans compris), versées tous les 1er du mois et sur 12 mois.
  • La construction de nouveaux logements sociaux, via notamment la réquisition immédiate des logements inoccupés pour permettre aux personnes sans ressources financières de vivre dignement.
  • La rémunération minimum des stages au SMIC horaire, et la signature obligatoire d’un contrat de travail pour tous les stages, quel qu’ils soient. Les stages sont un emploi, il n’y a aucune raison qu’ils échappent au droit du travail.

Comment obtenir ces revendications ?

Dans l’immédiat, les syndicats, Solidaires Etudiant-e-s vont mener des batailles localement pour obtenir des dispenses d’assiduité de droit pour un contrat de travail, dans les UFRs. Cette lutte se fera par le vote lors du Conseil des UFRs d’une motion reconnaissant le droit aux dispenses d’assiduité. Une fois votée, cette motion réglementera cet aménagement pédagogie. Faire voter une telle motion n’est pas simple. Ça doit souvent passer par un rapport de force au sein du conseil. Attendez-vous à entendre parler d’occupation ou d’envahissement de Conseils… !

Plus globalement, l’abrogation de l’assiduité, l’augmentation des bourses ne peut être gagnée que par une mobilisation large et nationale. Nous devons peser sur le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, ainsi que sur le CROUS. Pour cela, il faut se coordonner, créer de la mobilisation, se faire entendre afin de montrer que les conditions de vie et d’étude des étudiant-e-s ne sont pas tolérables !

Il est donc nécessaire de s’informer, de se former et d’argumenter qu’il est urgent de se mobiliser. Se mobiliser, c’est s’organiser collectivement pour obtenir le rapport de force qui fera pencher la balance.

Le matériel de campagne :

Un tract général sur le salariat étudiant tract général Un tract sur la question des bourses bourses Un tract sur la question de l’assiduité dispenses d'assiduité Une affiche contre le salariat étudiant Affiche étudiants salariés SE - 9 Quelques études, enquêtes et analyses sur le salariat étudiant : http://www.solidaires-etudiant.org/campagnesalariat/le-salariat-etudiant/ L’analyse de Solidaires Etudiant-e-s sur le salariat étudiant : http://www.solidaires-etudiant.org/campagnesalariat/letat-et-les-facs-ferment-les-yeux-sur-le-salariat-etudiant/

Étudiant-e-s salarié-e-s, en galère, précaires… témoignez !

Un blog a été spécialement conçu pour recueillir les témoignages : https://etudiantesalarie.wordpress.com/

chiencours-copie-page001

Affiche


Appel

Cliquez sur l’image pour ouvrir le tract en PDF


Appel international

Cliquez sur l’image pour ouvrir le tract en PDF


bandeau


La page dédiée à la campagne sur le site de la fédération Solidaires Etudiant-e-s : https://syndicatameb.files.wordpress.com/2015/03/rojava-4-pages-local.pdf

Le facebook de la campagne en France : https://www.facebook.com/deslivrespourrojava

Le facebook de la campagne internationale : https://www.facebook.com/pages/Pirt%C3%BBkek-bo-Akademiya-Mezopotamyay%C3%AA-Donate-a-book-to-Mesopotamia-Academy/870057249685677

A noter dès maintenant dans vos agendas :

CONFERENCE

SUR LA QUESTION KURDE

AVEC MICHEL LAURENT (ASSOCIATION FRANCE-KURDISTAN)

MERCREDI 15 AVRIL

(plus d’informations à venir)

Affiche femmes Solidaires

Communiqué de la fédération Solidaires Etudiant-e-s, Syndicats de luttes du 7 mars 2015

Sur nos lieux de vie et de travail, luttons pour l’émancipation de tou-te-s !

Les luttes féministes ne sont pas secondaires. Tous les jours, et bien sûr pas seulement le 8 Mars, dans nos villes et nos campagnes, jusque dans nos solidarités internationales, le féminisme est un combat primordial. Parce que les résistances féministes sont plurielles et transversales, les étudiant-es doivent porter ces luttes !

Solidaires étudiant­e­s appelle pour cette journée internationale des luttes des femmes, à soutenir d’une voix les résistances féministes et à les développer. À se battre pour un égal accès aux soins, aux études, au travail. A combattre les oppressions sexistes dans la société et à fortiori au sein de nos luttes. À apporter son soutien international à tout combat pour l’émancipation de toutes et tous!

Rejoignons les manifestations du 8 Mars!

Quelques combats féministes portés par notre fédération: 

Solidaires étudiant-e-s soutient les combats féministes portés sur les lieux d’études. L’enseignement supérieur est un espace où les oppressions de sexe, genre, classe et races s’exercent. Les affiches sexistes pullulent sur les campus. Le harcèlement, sexuel ou non, est une agression invisibilisée extrêmement pratiquée des chercheurs vers les chercheuses, les personnelles et étudiantes (dans les cas les plus fréquents) (voir guide du CLASHES). L’orientation est une question très genrée : suivant notre assignation biologique et sociale, des parcours et des formations nous correspondraient mieux que d’autres. Certaines formations n’ont comme public que des femmes, tandis que les formateurs sont essentiellement des hommes. On parle par ailleurs dans les universités de « plafond de verre », à savoir que les femmes sont plus nombreuses en licence, et sont minoritaires en doctorat et parmi les enseignant­e­s.

Au côté des salarié-es, notamment grâce à l’union syndicale solidaires, nous souhaitons combattre les écarts que créent les dernières lois sur le travail. Le communiqué de l’Union Syndicale Solidaires.

En tant qu’internationalistes, nous construisons la solidarité avec le Kurdistan où les femmes se sont battues pour porter la lutte féministe au cœur de la révolution du Rojava et dans les luttes du reste du Kurdistan. La lutte des femmes Kurdes s’est notamment fait connaître en France grâce aux combattantes armées pour la libération de Kobanê, regroupées dans les unités de protection du peuple, mixtes (YPG) et non­mixtes (YPJ). Voir notre page sur la campagne de soutien international.

Poursuivons ces luttes et développons en de nouvelles !

Communiqué de la fédération Solidaires Etudiant-e-s, Syndicats de luttes du 23 février 2015

free-lina-700x357

Solidarité avec Lina Khattab et tous les prisonniers et prisonnières palestiniennes !

Depuis le 13 Décembre 2014, Lina Khattab, étudiante à l’Université de Bir Zeit est détenue par les autorités israéliennes, suite à sa participation à une manifestation pour la libération des prisonnier-es politiques en Palestine.

Nous exigeons sa libération immédiate et lui exprimons toute notre solidarité. Nous apportons notre soutien à toutes les personnes luttant pour sa libération et celle des autres détenu-es.

Liberté pour Lina Khattab ! Liberté pour tou-te-s les prisonnier-es !

Liberté pour la Palestine !

La page de soutien (en anglais), où l’on peut signer une pétition/lettre pour demander la libération de Lina Khattab : http://samidoun.ca/2014/12/take-action-free-lina-khattab-imprisoned-student-and-folkloric-dancer/
La page facebook de soutien, où il est possible de poster des messages de soutien : https://www.facebook.com/FreeLina?fref=ts

! تضامنا مع لينا الخطاب و جميع السجناء و السجينات الفلسطينيين

منذ 13 كانون الاول 2014 لينا الخطاب,طالبة في جامعة بيرزيت,معتقلة عند سلطات الاحتلال لإسرائيلية و ذلك عقب مشاركتها في مظاهرة للإفراج عن السجناء السياسيين في فلسطين

نطالب بالإفراج الفوري عنها, و نعرب لها عن تضامننا. نبدي دعمنا لجميع الذين يناضلون من أجل إطلاق سراحها و سراح جميع المعتقلين

!الحرية ل لينا الخطاب ! الحرية لجميع الاسرى ! الحرية لفلسطين

Plus d’info : https://quartierslibres.wordpress.com/2015/02/23/la-prison-pour-des-jets-de-pierres-faux-pretexte-veritable-repression-de-la-jeunesse-palestinienne/#more-8550

Communiqué de la fédération Solidaires Etudiant-e-s, Syndicats de luttes du 22 février 2015

Soutenons les mobilisations à Paris Sud et Paris 13

Soutenons les mobilisations à Paris Sud et Paris 13

Après l’annonce de la suppression de tous les postes d’ATER pour l’an prochain, du gel du recrutement des personnel et la suppression de 10 000 heures d’enseignement, 400 étudiant-e-s et personnels se sont réuni-e-s en Assemblée Générale à l’université Paris Sud le 12 février pour dénoncer notamment la sélection à l’entrée de la première année d’université (L1), demander une rallonge budgétaire et la création de postes de titulaires.

Ces restrictions budgétaires et dégradations des conditions d’études et de travail se généralisent dans tout l’Enseignement Supérieur. Depuis deux ans, de nombreuses mobilisations ont eu lieu sur les universités (Pau, Montpellier, Clermont, Toulouse, Paris 8 etc.) pour lutter contre cette logique et défendre un autre projet d’Enseignement Supérieur et de Recherche.

Solidaires étudiant-e-s, syndicats de luttes apporte tout son soutien à cette lutte et appelle les étudiant-e-s, personnels et enseignants des autres universités et établissements à soutenir et relayer les luttes de Paris Sud et Paris 13. Seule une lutte collective et nationale permettra de nous sortir de cette situation et construire un autre enseignement supérieur.
Pour plus d’informations, infos et contacts  :

http://www.orsayenlutte.info/

https://www.facebook.com/pages/Paris-Sud-en-lutte/1545327002394977

Twitter : @U_PSud_EnLutte

Solidaires étudiant-e-s, syndicats de luttes / Porte-parolat : 06.86.80.24.45 /

http://www.solidaires-etudiant-e-s.org / contact@solidaires-etudiant-e-s.org

Communiqué de l’AMEB-Solidaires Etudiant-e-s du 4 février 2015 :

Stop à la répression contre les syndicalistes !

Le 13 janvier dernier, Yann Le Merrer, secrétaire départemental adjoint de SUD PTT des Hauts-de-Seine, a été révoqué de la Poste pour son activité syndicale. Accusé d’avoir effectué des prises de paroles dans des bureaux de postes, la direction de l’entreprise lui fait payer son engagement lors de la grève historique de 173 jours (la plus longue de l’histoire de la Poste) menée l’été dernier par les postier-ères du 92.

Cette révocation pour faits de grève – une première depuis 1951 ! – constitue le point d’orgue des attaques de la direction de la Poste contre la liberté d’expression syndicale : elle tente depuis des années de faire taire les salarié.e.s qui refusent les licenciements et luttent contre la dégradation de leurs conditions de travail.

La répression n’est malheureusement pas l’apanage exclusif de la Poste. Dans tous les secteurs, que l’on soit étudiant-e, salarié-e, ou chômeur-se, nous subissons au quotidien lors de notre activité militante la répression syndicale.

Ainsi, récemment, à l’Université de Lyon 2, deux syndicalistes étudiant.e.s qui militent à Solidaires Etudiant.e.s subissent l’acharnement de la présidence. Cette dernière veut leur faire payer leur participation, il y a un an, au mouvement de lutte qui avait envahi un conseil de la présidence, en protestation contre la réforme Fioraso et les restrictions budgétaires. Alors qu’ils avait déjà écopé de 3 et 6 mois de prisons avec sursis pour cette action, ils ont également été condamnés en conseil de discipline à 18 mois d’exclusion de l’Université, dont 6 mois applicables. Mais le Président de l’Université, non satisfait de cette condamnation, a fait appel de la décision et demande… 5 ans d’exclusion ferme !

  • Nous réaffirmons notre solidarité envers l’ensemble des personnes réprimées à cause de leur action syndicale !
  • Nous soutenons Yann et exigeons sa réintégration à la Poste. Nous appelons à signer massivement la pétition de soutien : http://reintegrationyann.sudptt.org/
  • Nous sommes solidaires de nos camarades poursuivis à l’Université de Lyon 2.
  • Nous exigeons l’arrêt des poursuites administratives et judiciaires contre tout-e syndicaliste, salarié-e ou étudiant-e ayant défendu leurs droits.
  • Nous appelons l’ensemble des étudiant-e-s à se joindre au mouvement de solidarité contre la répression et la criminalisation des activités syndicales et des mouvements sociaux.

Communiqué répression

Plus d’informations sur la révocation de Yann Le Merrer, syndicaliste à SUD PTT :

Dans L’Humanité : http://www.humanite.fr/revoque-de-la-poste-pour-son-engagement-syndical-563151 et http://www.humanite.fr/contre-la-revocation-dun-postier-la-lutte-commence-563233

Le Communiqué de SUD PTT : http://www.sudptt.org/spip.php?article101777

La pétition à signer massivement : http://reintegrationyann.sudptt.org/

Le Facebook de soutien : https://www.facebook.com/pages/Campagne-nationale-pour-la-r%C3%A9int%C3%A9gration-de-Yann/412428782249259

Plus d’informations sur l’exclusion de deux syndicalistes étudiant-e-s de l’Université de Lyon 2 :

Le communiqué de Solidaires Etudiant-e-s Lyon : https://fselyon.wordpress.com/2015/01/26/lordure-regne-a-lyon-2-la-presidence-de-lyon-2-fait-exclure-deux-syndicalistes-de-lutte-de-luniversite/