Lettre ouverte à France 3 Franche-Comté

Publié: 27 novembre 2013 dans Actualité, Université, Éducation et Recherche
Tags:, , , , , , ,

À Isabelle Brunnarius, Laurent Brocard, Thomas Hardy et Eric Debief, employés de France3,

À la rédaction de France 3

Besançon, le 26 novembre 2013

« L’info par France3 Franche-Comté ou la désinformation par l’occultation ».

 

Nous, syndicat AMEB-Solidaires Etudiant-e-s, vous écrivons afin de vous communiquer l’effroi qui nous a saisi lors du visionnage de la série de reportages sur La vie étudiante à Besançon : coloc, fiesta, petits boulots et vie associative… que vous avez diffusé et publié sur votre site internet le 18/11/2013 (http://franche-comte.france3.fr/2013/11/12/la-vie-etudiante-besancon-coloc-fiesta-petits-boulots-et-vie-associative-355955.html). Effrayés par votre complaisance envers les obligations désastreuses que subissent les étudiants au quotidien, effrayés par vos choix de montage qui tendent à cacher la face sombre des déclarations que vous avez relayées, effrayés par le manque total d’objectivité sur ce qu’est en train de traverser la communauté étudiante à l’Université de Franche-Comté et ailleurs.

Travailleur en formation, l’étudiant est pourtant encore aujourd’hui soit complètement dépendant de sa cellule familiale, soit tributaire des maigres allocations du CROUS, condamné ainsi aux statuts de semi-majeur ou de précaire sous le seuil de pauvreté (bourses ou aides annuelles n’excédant pas 5 500 euros par an). Il est donc vrai que pour obtenir un minimum d’aisance, il faut pour ceux qui ne sont pas issus de riches familles recourir à l’emploi, les chiffres montrant que ceux qui y sont contraints réussissent largement moins bien leurs études (http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/es422b.pdf).

Alors oser nous montrer dans le premier épisode un étudiant qui ne dort quasiment pas pour pouvoir subvenir à ses besoins, et qui plus est s’en réjouit, c’est ou être un fervent défenseur de l’aliénation, ou être complètement insensible à la notion de bien-être. Quant au recours au télé-enseignement que vous exposez sans la moindre honte, à l’heure où des centaines de chargés de cours et d’enseignants voient leurs heures retranchées, leurs postes gelés, leurs contrats tronqués et leurs conditions de travail se dégrader, nous estimons qu’il est scandaleux de votre part de promouvoir un dispositif qui rompt toute relation directe entre enseignants et enseignés, et qui condamnera à terme l’enseignement à n’être plus qu’une profession libérale dont les éléments devront péniblement réussir à vendre leurs vidéos.

Le deuxième épisode ne vole pas plus haut : ne pas s’indigner une seule seconde que des individus puissent vivre dans un espace de 9 m/carré (la surface d’une cellule de prison) ; vanter l’enseignement de l’ENSMM, ce fer de lance des partenariats publics-privés, qui permet aux crapules actionnaires d’Alstom (une des principales entreprises violant le droit international par ses investissements dans la colonisation israélienne en Palestine) et de PSA (qui en train de supprimer plus de 8 000 emplois) de rouler sur l’or ; filmer un cours sur le Fonds Monétaire International dans lequel pas un mot n’est dit sur les catastrophes colossales (qu’elles soient sociales, environnementales ou humanitaires) qu’engendre cette organisation à travers son système d’étouffement par la dette, voilà un genre de manipulations d’esprits des plus nauséeux.

On ne s’étalera pas sur les soirées sélectives de l’Aqua ni sur votre joli tableau des bâtiments de l’Arsenal (qui aurait mérité d’être filmé de l’intérieur étant donné son manque cruel de réfection), ni sur les formidables rencontres étudiantes du jeudi soir où perdurent agressions physiques, harcèlements sexuels, bizutages, comas éthyliques et interpellations policières violentes, non, ce qui nous choque le plus, c’est que vous n’ayez même pas pris la peine d’interroger les organisations syndicales étudiantes qui – rappelons-le – ont encore un certain rôle de représentation. Pourquoi tant d’illégitimité à vos yeux ? Il faut dire que notre remarque n’est qu’à demi-vraie, on aura quand même vu dans votre reportages deux étudiants élus aux dernières élections : Damien Guilbaudeau (au Conseil de Gestion de l’UFR SLHS) et David Petrovic (au Conseil d’Administration de l’UFC), mais bien sûr tous deux issus de l’organisation corporatiste (et donc non-syndicale) « Besançon et ses Associations Fédérées » dont l’allégeance aux politiques responsables de la casse de l’enseignement supérieur et de la recherche est connue de tous.

Rien sur les réelles difficultés des étudiants étrangers (aucune aide sociale, délivrance de titres de séjour sur critères économiques, menaces d’expulsions, racisme), rien sur les problèmes des étudiants parents (aucun dispositif de garde, éloignement familial à cause de la fusion avec Dijon), rien sur les filières mutualisées, les cours supprimés, les facultés qui ferment (comme à Béziers) sous l’effet des polarisations, les inscriptions par tirages au sort, le projet de rabais des bourses érasmus au profit de prêts bancaires, le resserrement de l’offre de formation au niveau national, la concurrence entre établissements à cause des logiques d’excellence, la professionnalisation (ou déscientifisation) des licences, rien encore sur la sous-représentation de la communauté étudiante dans les instances décisionnelles des universités.

Plus qu’une présentation naïve et détournée de la réalité, votre série de reportages se révèle être un détestable outil de désinformation. Plus que jamais, il devient urgent pour les étudiants de s’organiser contre les attaques des politiques capitalistes et autoritaires, contre le simulacre de démocratie que sont les conseils universitaires, et contre le soutien totalement abject des grands médias tels que le vôtre à la destruction du service public.

Amèrement,

Association Multiculturelle des Étudiants de Besançon,

Section locale de Solidaires Étudiant-e-s – Syndicats de luttes.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s