Motion Anti-Rigueur adoptée par le Congrès de l’Université de Strasbourg

Publié: 14 octobre 2012 dans Actualité, Université, Éducation et Recherche

Étrange comportement pour des habituels sociaux-traîtres…  Comme quoi, d’une ville à une autre, on peut avoir des surprises. Il ne faudrait pas oublier que la manœuvre consiste à conserver une situation peu glorieuse (comme si la pédagogie était de « qualité » et l’offre de formation « riche » dans nos universités !… de qui se moque-t-on ?). Enfin, c’est quand même un bon début pour ces syndicats culs et chemises avec l’Etat :

(Du 12 octobre 2012, communiqué repris sur le site du SNES-Sup)

Les membres du Congrès de l’Université de Strasbourg, réunis par son président à l’occasion de la tenue des Assises territoriales, s’adressent à Madame la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour l’alerter sur la situation budgétaire critique de leur établissement et l’urgence qu’il y a à y remédier par un soutien financier de l’État à la hauteur des enjeux.
Comme de nombreuses universités françaises, l’Université de Strasbourg ne dispose plus des moyens financiers nécessaires à son bon fonctionnement et ne peut plus assurer dans des conditions décentes ses missions fondamentales que sont la formation de ses étudiants et le développement de sa recherche. Les mesures d’économie durables que l’université est aujourd’hui contrainte de mettre en œuvre (gel des investissements, réduction de l’offre de formation, baisse des moyens alloués à la recherche, non renouvellement de CDD, gels de postes) sont en grande partie la conséquence d’engagements non tenus par les précédents gouvernements : les nouvelles charges liées à l’autonomie de notre établissement n’ont pas été compensées par l’État.

Le Congrès demande à Madame la Ministre que soient ouvertes des négociations entre le ministère et l’université afin d’étudier et de mettre en œuvre les moyens qui doivent permettre à l’État d’assurer pleinement ses engagements et à l’université de recouvrer ses créances. Les élus et représentants de l’Université de Strasbourg n’acceptent pas que les étudiants et l’ensemble de la communauté universitaire aient à subir les conséquences d’une situation financière dont l’État est en grande partie comptable. C’est pourquoi, par la présente motion, ils s’engagent à ne pas faire supporter aux étudiants un sous financement de l’Université et à ne pas supprimer des diplômes qui sont nécessaires à la diversité et à la richesse de l’offre de formation de l’université de Strasbourg. Ils s’engagent enfin à ne pas sacrifier la qualité de la pédagogie et de la recherche au nom d’une excessive rigueur budgétaire.

Motion présentée par l’UNEF et l’intersyndicale Agir Ensemble (SNESUP-FSU, SNCS-FSU, SNASUB-FSU, SNTRS-CGT, SES-CGT, SNPREES-FO), adoptée à l’unanimité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s